France: la communication avec les parents

Comment restaurer la confiance entre les familles et l’école? Deux députées proposent de former les profs et de mettre en place des « chartes de confiance ».

Chargées en octobre dernier par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale de réfléchir à la façon d’améliorer les relations entre l’école et les parents,  les députées Aurore Bergé (LRM) et Béatrice Descamps (UDI) ont rendu publiques, mercredi 31 janvier, leurs conclusions.

Dans leur rapport, remis à Jean-Michel Blanquer, elles constatent un fossé important entre l’institution et les familles, avec des enseignants au vocabulaire parfois “involontairement opaque”, peu disponibles et vivant “de moins en moins” dans les quartiers où ils exercent. Résultat, des incompréhensions, avec des parents qui perçoivent les profs comme inaccessibles, et des profs qui perçoivent les parents comme trop envahissants.

Plus de détails sur VousNousIls (l’e-mag de l’éducation).

Soutien scolaire

Un petit coup de pouce pour booster le bulletin de votre élève ou de votre enfant? E-learning propose des modules de soutien scolaire de niveaux primaire et secondaire, accompagnés par des tuteurs spécialistes de la matière choisie.

Ces modules sont accessibles à tous et à tous moments pour une somme modique. Ils sont gratuits pour les élèves inscrits dans un établissement scolaire organisé ou subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Inscriptions préalables via le site www.elearning.cfwb.be

Pacte: quelle grille horaire?

Le 20 janvier, s’est tenue une Journée de consensus au Théâtre National à Bruxelles dans le cadre du dialogue participatif impulsé par le Pacte pour un enseignement d’excellence.

Parents, enseignants de différentes disciplines et différents niveaux ainsi que des citoyens concernés par l’avenir de l’école ont pu échanger à propos des différents scénarios proposés par la Ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns. Ces scénarios sont destinés à permettre la mise en oeuvre des objectifs du Pacte et, plus particulièrement, l’introduction du tronc commun dans l’enseignement fondamental et l’enseignement secondaire.

Le rapport de cette journée est consultable sur le site du Pacte.

Le CPP

Le conseiller pédagogique aux plans de pilotage (CPP) fait partie intégrante de l’équipe des conseillers pédagogiques et collabore étroitement avec ceux-ci, le Bureau de pilotage et le Coordinateur du service.

Il prend régulièrement connaissance des TABOR des établissements ainsi que des rapports d’inspection et les analyse. Il suit de près les différents projets des secteurs professionnels ou de la cellule pédagogique de Wallonie-Bruxelles Enseignement (W-B E), et s’informe régulièrement des dernières avancées didactique et pédagogique. Il assure l’échange d’informations entre le pôle pédagogique de W-B E et les acteurs institutionnels ou académiques, belges comme étrangers; sur demande et d’initiative, il participe à la réflexion pédagogique du pôle pédagogique W-B E.

Le CPP rédige des documents scientifiques visant à la publicité des éléments suivants:

  • analyses de problématiques intéressant des établissements W-B E et proposition de régulation;
  • propositions de projets visant à l’amélioration du pilotage pédagogique des organisations éducatives en W-B E;
  • projets de pilotage pédagogique menés hors W-B E (Belgique et étranger).

Sur demande du coordinateur, le CPP se rend dans les écoles dans une optique de soutien à la rédaction, à l’implémentation et au suivi du plan de pilotage de celles-ci:

  • rencontre l’équipe de direction;
  • circonscrit pertinemment avec l’équipe de direction la vision commune globale qui donnera les orientations stratégiques et les objectifs spécifiques des actions;
  • clarifie la demande avec l’équipe de direction, analyse les besoins sous-jacents, fixe les objectifs de la mission et envisage avec l’équipe de direction différentes pistes et stratégies: accompagnement, formation…
  • rencontre les membres du personnel concernés;
  • balise le cadre et les limites de l’intervention et contractualise avec les acteurs les conditions de l’accompagnement;
  • rédige un projet de contrat d’intervention qu’il soumet à la relecture du coordinateur pédagogique en concertation avec la « cellule Pilotage » du Service général;
  • communique le contrat validé à l’équipe de direction et au(x) CP(s) concerné(s) par l’intervention subséquente s’il y a lieu;
  • assure la cohérence opérationnelle des actions menées au profit de l’école par le Service de Conseil et de Soutien pédagogiques;
  • assure la cohérence opérationnelle des actions menées au profit de l’école par tout autre service compétent;
  • assure le suivi et la régulation de l’intervention (demande d’informations complémentaires, aide à la résolution des problèmes rencontrés, évaluation de l’atteinte des objectifs …).

 

Trouver un emploi stable

A partir de la rentrée de septembre 2019, tous les étudiants qui voudront devenir instituteur ou régent feront leurs études en quatre ans et plus en trois ans comme actuellement. Dans le même temps, la Wallonie est en manque de professeurs de math, de sciences et de langues. Par ailleurs, un nouveau professeur de langues sur quatre n’a pas le titre requis ou suffisant pour enseigner.

Que la formation soit de trois ou de quatre ans, un constat s’impose : mettre un pied dans le système est un véritable parcours du combattant pour les jeunes enseignants.

Un sujet développé sur le site rtbf.be.

La Belgique, autrement phénoménale

« On pourrait constamment rappeler qu’on fait les meilleures frites. Mais on préfère les manger », « Le chocolat se conserve à l’abri du soleil. Pas étonnant qu’on trouve le meilleur en Belgique », « La Belgique est très appréciée pour son enseignement supérieur.Qui n’est pas grand doit être intelligent », « Nos astronomes ont découvert 7 planètes potentiellement viables. Ils ont trinqué à la bière puis les ont appelées Trappist 1b, 1c, 1d,… »…

Cliquez ici pour savoir que la Belgique est autrement phénoménale!